Translate

samedi 9 décembre 2017

MedMedia lance une nouvelle série de rencontres afin de renforcer l’appui régional et international à la Déclaration et au Mécanisme spécial pour la liberté des médias dans le monde arabe

MedMedia

MedMedia a lancé la semaine dernière une nouvelle série de rencontres afin de renforcer l’appui régional et international à la Déclaration régionale pour la liberté des médias dans le monde arabe et son mécanisme spécial.

Appuyée par MedMedia, un programme financé par l’UE, l’initiative repose sur des partenariats solides entre parties prenantes des médias, organisations des droits de l’homme et gouvernements dans la région, pour la défense des principes de la liberté des médias dans la région sud de la Méditerranée.

Cette série d’événements a débuté par des visites de haut niveau à Tunis, en Tunisie, du 15 au 17 novembre. Menée par les experts de MedMedia Monir Zaarour et Rachid Khechana, la mission visait à renforcer l’engagement des organisations régionales telles que l’Union de radiodiffusion des Etats arabes (ASBU), l’Institut arabe des droits de l’homme (IADH) et de l’Organisation arabe pour l’éducation, de la culture et les sciences (ALESCO).

Au cours de la visite, le président de l’IADH, Abdel Baset Ben Hassan et le directeur général de l’ASBU, Abderrahim Sleiman, ont confirmé leur appui aux objectifs de l’initiative et évoqué des pistes permettant de la faire progresser.

Une vaste coalition composée d’organisations nationales, régionales et internationales a déjà appuyé cette initiative et cinq États de la région ont signé la Déclaration pour la liberté des médias dans le monde arabe, notamment la Palestine, la Tunisie, la Jordanie, le Maroc et le Soudan.

La Déclaration, un engagement clair en faveur des principes de liberté des médias, du journalisme indépendant et du droit à l’information, constitue la première étape vers la création du Mécanisme spécial. Elle énonce 16 principes clés afin d’atteindre les normes internationales les plus élevées en matière de liberté des médias et protéger les droits des journalistes.

Au printemps dernier, les organisations de journalistes du monde arabe réunies au Koweït ont appuyé la proposition de création d’un mécanisme spécial pour la liberté des médias dans la région, mandaté par le Réseau arabe des institutions nationales des droits de l’homme (ANNHRI), et en ligne avec les normes universelles de la liberté des médias.

Les rencontres de Tunis sont les premières d’une série d’événements qui permettront de mobiliser ANNHRI, l’UNESCO, l’OSCE et d’autres organisations intergouvernementales avec un mandat pour la promotion de la liberté des médias, afin de développer davantage l’initiative.

MedMedia est un programme financé par l’UE qui vise à faciliter le progrès des réformes des médias dans la région MENA en proposant expérience et savoir-faire aux décideurs, organes de régulation, diffuseurs et leaders syndicaux des deux rives de la Méditerranée.

Pour en savoir plus
Projet MedMedia – Site internet

Également disponible en

Projet connexe
MedMedia vise à faciliter le progrès des réformes des médias dans la région MENA en proposant expérience et savoir-faire aux décideurs, organes de régulation, diffuseurs et leaders syndicaux des deux…

1re sortie de la Maison méditerranéenne du climat

Résultat de recherche d'images pour "Maison méditerranéenne du climat»"

Ces premières rencontres consacreront le lancement officiel de la «Maison méditerranéenne du climat», laquelle structure sélectionnera à cette même occasion dix projets innovants qu’elle soutiendra à travers un accompagnement financier à partir de l’année prochaine.

Les 15 et 16 décembre prochains, la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima organise les premières rencontres de la Maison méditerranéenne du climat. «Ce sera l’occasion de présenter aux participants le scénario retenu pour développer la région suivant les principes du développement durable et de définir ensemble comment ils pourront y contribuer», ont expliqué les organisateurs de l’événement dans un communiqué de presse où on découvre que le programme de ces deux jours est en fait beaucoup plus chargé que cela.

En effet, cette rencontre permettra aussi de tirer un bilan de l’Agenda des solutions, de faire avancer les quatre clés d’action : finance, renforcement de capacité, stratégie et projets territoriaux, MRV (mesurer - rapporter - vérifier). Un groupe de travail spécifique y sera constitué pour se consacrer à la mise en place de la prochaine MedCOP Climat, qui aura lieu au début de l’été 2018. 
Son rôle consistera notamment à définir le programme ainsi que le lieu où il se tiendra, sachant que la Sicile a annulé l’édition 2017, précédemment prévue à Palerme. Et, last but not least, ces premières rencontres consacreront le lancement officiel de la «Maison méditerranéenne du climat». Laquelle structure sélectionnera à cette même occasion dix projets innovants qu’elle soutiendra à travers un accompagnement financier à partir de l’année prochaine.

Pour espérer faire partie de ces heureux élus, les candidats peuvent participer à l’appel à projets lancé par la région à travers l’adresse électronique (). Leurs solutions ne seront retenues que si elles sont innovantes pour le climat, que ce soit pour la diminution des impacts du développement humain ou l’adaptation, est-il précisé. Signalons que cette initiative de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, soutenue par son président, Ilyas El Omari, également président de la MedCOP Climat, suit les recommandations des participants à la MedCOP Climat 2016, et les orientations de la Lettre royale du 18 juillet 2016. 

Selon Ilyas El Omari, «la Région Tanger- Tétouan-Al Hoceima a mis en place une équipe de préfiguration pour la création de la Maison méditerranéenne du climat. J’ai la conviction que cette nouvelle organisation, qui entrera en service dès 2018, sera d’un soutien très précieux dans les domaines du renforcement de capacités, du financement et de l’incubation de projets». 
En tout cas, la particularité et la grande fragilité écologique de cet espace exceptionnel, qu’est la Méditerranée, a pour le moment encouragé deux régions, en l’occurrence Provence Alpes Côte d’Azur en France et Tanger-Tétouan-Al Hoceima au Maroc, à organiser les deux premières MedCOP Climat avec un grand succès, notamment avec plus de 3.000 participants impliqués en juillet 2016 à Tanger puis à Marrakech pendant la COP22. 
Rappelons que l’Agenda méditerranéen des solutions élaboré à ces occasions a montré que si les initiatives sont très nombreuses, il était temps de changer d’échelle. «Nous espérons que nous pourrons tous ensemble faire progresser nos territoires avec l’implication de tous, c'est-à-dire tous les acteurs des territoires et de la société civile, et avec les solutions apportées par les chercheurs et les entreprises, les grandes comme les plus petites», souligne le président de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. 

Par Aziz Diouf - Source de l'article Leseco

Projet Eastmed : une alternative méditerranéenne au gaz russe pour l'Europe ?

Résultat de recherche d'images pour "Méditerranée gazoduc"

Miguel Arias Canete, commissaire européen pour l'action sur le climat et l'énergie en présence des ministres de l'Energie d'Israël, de Chypre, de Grèce et l'ambassadeur d'Italie à Chypre, viennent de signer .

La méditerranée vient de donner naissance à un projet pharaonique : Le Eastmed. Un pipeline long de 2000 kilomètres censé traverser 4 pays méditerranéens. Il partira d’Israël pour rallier l’Italie en passant par Chypre et la Grèce. Le coût du projet a été estimé à environ 6 milliards d’euroset devrait voir le jour en 2025.

L’énergie, tendon d’Achille de l’Europe.

En 2015, le projet Eastmed faisait partie d’une liste de 195 projets jugés essentiels pour l’Europe, par la Commissions européenne. Et pour cause, la conjoncture économique européenne dépend en grande partie de sa stratégie énergétique. Pauvre en ressources naturelles lui permettant d’atteindre l’autosuffisance, L’Europe s'efforce de diversifier ses sources d’approvisionnement en énergie.

Chaque année, l’Union Européenne (UE) importe l’équivalent de 70 % de ses besoins en énergie, soit environ 250 milliards de mètres cubes de gaz. Depuis l’annexion de l’île de Crimée par la Russie, les relations diplomatiques entre l’entité européenne et le grand voisin du nord ont connu quelques tensions. Couvrant à elle seule 40 % de sa consommation en gaz naturel, la Russie demeure le principal fournisseur de l’Europe. Une situation qui n’enchante guère Bruxelles, tant celle-ci cherche à s’extirper du monopole exercé par la Russie, en projetant de sécuriser son approvisionnement énergétique, ailleurs que dans l’Oural.

L’alternative idéale au gaz russe ?

C’est dans un contexte géopolitique caractèrisé par les velleités économiques des uns et des autres que les projets de gazoducs se sont multipliés en Méditerranée. Avec trois champs gaziers découverts récemment à l’est (Celui de Leviathan par Israël, qui commencera son exploitation en 2019, ou celui d'Aphrodite au large de Chypre, qui contiendrait environ 127 milliards de m3 de gaz. Sans oublier Zohr, près de l'Egypte, le plus grand gisement jamais découvert en Méditerranée, avec des estimations de 850 milliards de m3), la grand bleu s’est révélée être un eldorado des hydrocarbures.

Etant donnée son envergure, le projet Eastmed revêt aujourd’hui un caractère stratégique pour l’Europe et pour les pays Méditerranéens. Mais L’Europe a plus d’une flèche à son arc. En effet, pour combler une demande qui ne cesse de croître, elle compte aussi sur l’apport du Trans Adriatic Pipeline (TAP), un autre projet de gazoduc sous-marin transadriatique. D’une longueur totale de 878 kilomètres, il doit acheminer sur le marché européen le gaz d'Azerbaïdjan, via la Grèce et l'Albanie, jusqu’au sud de l'Italie.

Etant à l’affût des retombées économiques découlant de l’exploitation des ressources naturelles méditerranéennes sous-marines, les majors pétrolières européennes se ruent sur les opportunités de partenariats qui se profilent à l’horizon. En conséquence de quoi, tout porte à croire que la naissance d’une coopération Euro-méditérannéenne en matière d’énergie sonnerait le glas de l’hégémonie russe sur les importations européennes de gaz naturel.

Par Kheireddine Batache - Source de l'article Ecomnewsmed

Exportations des fruits et légumes vers l'Europe - Le consortium algéro-français est né

Résultat de recherche d'images pour "sociétés Agrolog et Agrume"

Le marché européen se dirige à consommer plus de légumes et de fruits dans les 10 prochaines années. Et c'est donc dans ces domaines que nos producteurs nationaux peuvent oeuvrer pour exporter vers l'Europe.

Les exportations de produits agricoles algériens vers les pays de l'Union européenne pourraient connaître un saut quantitatif à la faveur de la création d'un consortium algéro-français chargé de l'exportation et de la commercialisation des produits agricoles locaux (fruits et légumes) vers l'UE. 
C'est du moins ce qui est attendu de cette association, compte tenu du fait que malgré la qualité reconnue du produit végétal algérien cela n'a été jusqu'ici d'aucun effet sur les volumes d'exportation car restant figés à des niveaux insignifiants et quand bien même de petites augmentations en la matière ont été enregistrées ces dernières années cela l'a été de façon sporadique. 
Devant cet état de fait que l'on peut avancer aujourd'hui qu'avec l'expérience de la partie française, les exportations vont être boostées. Ce qui est d'ailleurs de bon augure en ces temps où le pays fait face depuis juin 2014 à une nette diminutions de ses recettes financières externes. Comme il faut dire également qu'a la faveur de la mise en place de ce consortium, l'objectif, fixé en 2010, d'atteindre en 2014 les cinq milliards de dollars d'exportations hors hydrocarbures et qui n'a jamais dépassé les 2, 5 milliards de dollars pourrait cette fois-ci se concrétiser. 
C'est d'autant plus à la portée car le marché européen est gros demandeur de produits agricoles de qualité. Une condition que remplit le produit végétal local. Autre atout dont disposent les cultures maraîchères du sud du pays qualifiées de primeurs, elles peuvent facilement concurrencer celles du Maroc ou de l'Espagne qui se partagent le marché des primeurs en Europe. Cela dit et pour revenir à l'intérêt d'un tel consortium, il convient de souligner que si jusqu'ici nos exportations en produits agricoles, mises à part peut-être les dattes, sont restées insignifiantes en terme, de volume c'est avant tout à cause d'une part de la mauvaise organisation de notre système de production et d'autre part à la méconnaissance des marchés étrangers, ce qui explique que le pays n'arrive toujours pas à franchir la barre des 100 000 tonnes de volumes expédiées.
Toujours à propos de la faiblesse des exportations de produits agricoles algériens, des experts l'expliquent par le fait que de nombreuses entreprises exportatrices sont encore d'un niveau insuffisant en matière de normes et de compétitivité et qui à leur grand désavantage continuent de renvoyer aux calendes grecques, leur mise à niveau. 
D'autres experts jugent que les opérateurs qui ont jusqu'ici tenté des expériences ont chaque fois manqué de professionnalisme. D'où cette nécessité de faire appel à l'expérience étrangère dans le domaine. En somme la création d'un tel consortium intervient à point nommé dans la mesure où selon une étude sur l'évolution générale du commerce agricole et des prix réalisée par la Commission européenne, à la consommation, le marché européen se dirige à consommer plus de légumes, de fruits, de produits laitiers dans les 10 prochaines années. 
Et c'est donc dans les domaines des fruits et des légumes que nos producteurs nationaux peuvent œuvrer pour exporter vers l'Europe. Retenons que ce sont toujours les dattes qui constituent le gros des exportations vers l'UE. Selon l'Office national des statistiques il a été exporté durant l'exercice 2016 l'équivalent de 37,52 millions de dollars sur un total de 1 781 millions de dollar tous produits confondus exportés. 
Rappelons enfin qu' à l'issue des,travaux de la 4ème session du Comité économique mixte algéro-français (Comefa) qui se sont tenus hier à Alger il a été décidé, outre la création d'un consortium à l'exportation des fruits et légumes du pays, la mise en place d'un partenariat dans le domaine des produits agricoles bio, et ce, entre les sociétés Agrolog et Agrume. Un domaine où l'Algérie peut tirer de grands profits tant la culture bio est de tradition en Algérie.

Par Bouzid Chalabi - Source de l'article L'Expressiondz

Finance in Motion ouvre un nouveau bureau au Maroc

Résultat de recherche d'images pour "Finance in Motion,"

Finance in Motion, leader mondial de la gestion d’actifs et de l’assistance technique pour le financement du développement, vient d’installer un nouveau bureau régional à Casablanca, au Maroc. 

Le bureau marocain est le 16ème bureau régional de Finance in Motion dans le monde et, avec Le Caire et Nairobi, le troisième en Afrique.

Finance in Motion est le conseiller de deux fonds d’impact du développement actifs dans la région MENA, le « Green for Growth Fund » et le « Fonds SANAD pour les MPME ». Ce nouveau bureau régional renforcera les relations avec les institutions partenaires des fonds et d’autres parties prenantes dans la région du Maghreb.
« Nous sommes fermement convaincus qu’être proche de nos partenaires en ayant une présence physique dans les régions cibles des fonds que nous conseillons est essentiel à l’obtention d’un impact fort et contribue de façon substantielle à notre succès global », déclare Elvira Lefting, directrice générale de Finance in Motion « Ce nouveau bureau est important pour Finance in Motion et pour notre portefeuille de financement du développement, qui a une activité croissante non seulement au Maroc mais aussi dans la région MENA en général. »

Finance in Motion est l’un des plus importants conseillers en placement à impact au monde. L’organisation se concentre exclusivement sur les fonds à but lucratif qui favorisent le progrès économique, social et environnemental durable dans les pays à revenu faible et moyen. Avec 1,7 milliard d’euros d’actifs sous gestion, la société tire parti de l’aide au développement par le biais de partenariats public-privé. Conformément aux objectifs de ses fonds, Finance in Motion favorise les relations à long terme et aide ses partenaires à développer leurs affaires. Soutenu par 16 bureaux locaux répartis dans plus de 20 pays, Finance in Motion recommande les instruments de financement du développement suivants : le Fonds européen pour l’Europe du Sud-Est (EFSE), qui finance les micro, petites et moyennes entreprises (financement des MPME) ; le Fonds vert pour la croissance (GGF), qui vise à réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 ; le Fonds SANAD pour les MPME du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ; et le Fonds éco.business, dont l’objectif est la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles.

Pour en savoir plus
Finance in Motion - Site internet

Également disponible en

EUPOLCOPPS anime un atelier de deux jours sur le blanchiment d’argent

EUPOLCOPPS

Les 20 et 21 novembre 2017, EUPOLCOPPS a organisé un atelier de deux jours sur le blanchiment d’argent à l’intention des juges, procureurs, policiers et analystes financiers palestiniens.

L’objectif principal de l’atelier était de présenter des cas réels d’enquêtes sur le blanchiment de capitaux menées dans des juridictions étrangères et en Palestine, et de discuter avec les participants des principales questions juridiques soulevées par ces affaires et de l’interprétation de la loi sur le blanchiment de capitaux.

L’atelier a été une occasion unique de réunir les représentants des différentes institutions palestiniennes chargées de la lutte contre le blanchiment d’argent, qui ont partagé leurs expériences respectives et les défis auxquels ils sont confrontés pendant la phase d’enquête et le procès.
Les participants à l’atelier étaient 12 procureurs de l’unité des crimes économiques du bureau du procureur général, six juges, six analystes financiers de l’unité du suivi financier et cinq enquêteurs de la police civile palestinienne.
L’événement a été organisé en partenariat avec le Bureau international chargé de la lutte contre les stupéfiants et de l’application des lois (INL).

Pour en savoir plus
EUPOL COPPS - Site internet

Également disponible en

Africalink, la communauté des entrepreneurs d’Afrique, de Méditerranée et d’Europe, officiellement constituée

Africalink, la communauté des entrepreneurs d’Afrique, de Méditerranée et d’Europe, officiellement lancée

Lancée à l’occasion des Rencontres France-Afrique à Abidjan il y a deux mois, AFRICAlink, a officiellement été constituée lundi 4 décembre. 

La première assemblée générale s’est tenue au Palais de la Bourse, en présence des représentants de la CCIMP, d’élus de la Métropole Aix-Marseille Provence et des chefs d’entreprises africains. Yves Delafon a été élu président de cette communauté d’entrepreneurs.

Africalink, c’est le fruit de longs mois de travail menés par la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, dans la droite ligne des ambitions de son président et de son équipe. Depuis le début de sa mandature, Jean-Luc Chauvin ne cesse de dire que Marseille doit se repositionner comme porte d’entrée du sud de l’Europe et devenir la passerelle naturelle vers la Méditerranée et l’Afrique. Pour concrétiser cette ouverture à l’international l’idée a germé, en mai 2017, de créer une communauté d’entrepreneurs, pas seulement issus du territoire mais rassemblant aussi les patrons de PME africaines. Les prémices d’Africalink. La volonté était là, restait à écrire les statuts associatifs. C’est désormais chose faite.

Lundi 4 décembre 2017, Africalink a officiellement été lancée, au palais de la Bourse, à l’issue de son assemblée générale constituante. Une assemblée réunie en présence des représentants de la CCIMP, au premier rang desquels Frédéric Ronal, vice-président, délégué à l’ouverture au monde, qui a joué un rôle actif dans ce projet. « L’assemblée générale constitutive marque la conclusion d’une étape ô combien importante, et en même temps le début d’une nouvelle aventure pour Africalink », note l’élu de la CCI.

Une aventure à laquelle justement certains chefs d’entreprise ont hâte de participer à l’image de Koné Harouna. À la tête d’une société de développement de logiciels de comptabilité en Côte d’Ivoire, il est venu spécialement à Marseille pour participer au lancement de l’association. « On pourrait penser que c’est une organisation supplémentaire, mais je dirais que c’est une association complémentaire avec une vision nouvelle. Le monde bouge et il fallait Africalink pour faire bouger les choses autrement. Je crois que les grands groupes se parlent mais pas véritablement les PME entre elles, confiait-il, sans cacher ses attentes. Nous souhaitons, dans un premier temps, nous assurer que nous pouvons avoir des partenaires, créer des joint-ventures, et que nos PME puissent avoir des perspectives. » Pour promouvoir « l’esprit Africalink », Koné Harouna, également trésorier général de la CCI-Côte d’Ivoire, envisage la création de comités locaux dans les pays africains. Des représentants du Maroc ou d’Algérie ont également tenu à être présents pour ce coup d’envoi qui ouvre de nouveaux horizons.

C’est désormais dans la construction que s’inscrit l’association. Le président fraîchement élu, Yves Delafon*, son bureau et le conseil d’administration vont pouvoir désormais travailler sur le déploiement de cette communauté qui compte déjà 63 membres, principalement des entrepreneurs métropolitains. « Et on a eu un succès que l’on n’imaginait pas auprès des entrepreneurs de notre territoire qui ont fait acte de candidature spontanée et on en reçoit tous les jours de nouvelles », s’enthousiasme Frédéric Ronal. Parmi les 63 entreprises fondatrices, entre 15-20% viennent d’Afrique. 

« Nous sommes convaincus que nous avons un avenir commun avec le continent africain, qui passe par des partenariats entre PME. L’entrepreneur en est le point essentiel et c’est avec eux que nous allons mettre les choses en place », exprimait, quant à lui, Yves Delafon, qui mettra au cœur de ce projet « le facteur humain »et surtout « des valeurs », condition essentielle pour la réussite du projet. Et d’ajouter que la CCIMP faisait là « quelque chose d’exceptionnel, d’inhabituel et même disruptif, en lançant un projet, en le soutenant, en l’amenant sur les fonts baptismaux, avant de le donner aux entreprises et de se retirer de la gouvernance ».Tous auront donc la volonté de montrer qu’Africalink a du sens. Dans les prochaines semaines, un think-tank devrait voir le jour. Le bureau et les membres iront également à la recherche de financements et de partenariats. 

La Métropole Aix-Marseille Provence, par la voix de Jérôme Orgeas, premier vice-président de la commission économie, a assuré son soutien à ce réseau d’affaires en Méditerranée et en Afrique. Il sera même proposé dans les prochaines semaines une délibération au conseil métropolitain pour nommer un administrateur d’AMP au sein d’Africalink.

Repères -  Yves Delafon en quelques lignes.

Après trois années à la tête de Pays d’Aix Initiatives, Yves Delafon a été par la suite président du Groupement des entrepreneurs Provence Aix (Gepa). Pendant vingt ans, Yves Delafon a travaillé comme consultant pour de grands bailleurs de fonds, comme l’Union européenne, l’Onudi, l’Unesco et les coopérations bilatérales. Il a mené de nombreuses missions dans le domaine de la coopération, du développement des pays ACP, et accompagné des entreprises dans leur stratégie d’internationalisation, notamment vers l’Afrique. En 1995, il décide d’interrompre ses activités de conseil et reprend la société Surfaces et structures, spécialisée dans la construction et les travaux spéciaux. Il a également été président du club Apex pendant sept ans. Il est aujourd’hui très engagé comme administrateur du Groupe BCI (Banque pour le commerce et l’industrie – Mauritanie, Mali, Guinée et Sénégal), et c’est à ce titre qu’il a adhéré et mène désormais une nouvelle mission à la tête d’Africalink. 

Par Narjasse Kerboua - Source de l'article Go-Met

SALEEM : 750 mille euros pour l’entrepreneuriat étudiant

SALEEM

Coordonné par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), le projet SALEEM (Structuration et accompagnement de l’entrepreneuriat étudiant au Maghreb) sera lancé ce 11 décembre 2017 pour une durée de trois ans, avec le soutien financier de l’Union européenne.

Dans un communiqué rendu public par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), le projet SALEEM a pour objectif de favoriser l’entrepreneuriat étudiant au Maroc et en Tunisie, par la mise en place d’un dispositif national officiel pour les étudiants-entrepreneurs, sur le modèle du dispositif PEPITE déployé en France.

Notons que le projet SALEEM regroupe 14 partenaires opérationnels au Maroc, en Tunisie et en Europe, dont l’Agence universitaire de la Francophonie qui coordonnera le projet. L’Union européenne assure le financement du projet à hauteur de 750 000 euros dans le cadre du programme Erasmus+ « Renforcement des capacités dans le domaine de l’enseignement supérieur ».

Le programme prévoit deux grandes actions sur les trois prochaines années : – une collaboration avec les ministères de l’Enseignement supérieur de la Tunisie et du Maroc dans la mise en place d’un dispositif national sur l’entrepreneuriat étudiant facilitant la reconnaissance du parcours de création d’une entreprise au sein du cursus universitaire ; – la mise en place de pôles d’accompagnement à la création d’entreprise dans les universités des quatre villes pilotes (Rabat, Casablanca, Tunis-Carthage et Sfax), sur le modèle du dispositif français PEPITE et des expériences belge (Mons) et roumaine (Cluj-Napoca).

Par Hamza Marzouk - Source de l'article l’Économiste maghrébin